Football Club CHAMBLY OISE

Publicité Publicité Publicité Publicité Publicité Publicité Publicité Publicité Publicité Publicité Publicité Publicité

2017-2018
News
C’était pour toi Pépé…

C’était pour toi Pépé…

Publié le 01 mars 2018 par

Une immense joie puis une immense douleur. Au moment où ses joueurs, qu’il aimait par-dessus tout, se qualifiaient pour les demi finales de la Coupe de France, aux dépens du Racing Club de Strasbourg (1-0), Walter Luzi s’est éteint à l’âge de 77 ans à l’hôpital de Beaumont sur Oise. C’est un tragique concours de circonstances, et, ce soir, nous pensons fort à Fulvio, Bruno, Sophie, Christophe, ses enfants, et à Catherine qui partageait sa vie. Personne n’oubliera jamais ce soir du 28 février 2018, et on se dit que, peut-être, sans doute, Pépé est parti avec un sourire aux lèvres au moment où Lassana Doucouré a transformé en but le centre d’Anthony Soubervie. Oui, « Lass », son petit comme il disait, un enfant de Beaumont-sur-Oise, un enfant du club, de son club…

C’est le message amical et compatissant que nous a fait passer Nicolas Rainville, l’arbitre du match, en quittant le stade de Beauvais : « Je suis sûr qu’il a vu votre victoire, et que ce fut sa dernière joie », nous a glissé Nicolas Rainville. Merci monsieur l’arbitre pour vos mots qui nous vont droit au cœur…

Là où tu est, Pépé, tu peux être fier. Avec Fulvio et Bruno, tu as fondé un club qui jouait dans un champ, dans des marais. C’était en 1989, en 5e division de district. 29 ans plus tard, ton club est en demi-finale de la Coupe de France. C’est énorme. Tu te rends compte Pépé ? C’est ta victoire. Ce soir, il l’ont fait pour toi : Lassana, Gaharo, Xavier, Anthony, Thibault, John, les deux Romain, Jordan, Thomas, Lolo, Max, Freddy, Aïssa, Emmanuel, Simon, Hamidou, Kevin, et tous ceux qui étaient en tribunes. C’étaient tes joueurs, tes autres enfants. Ils ont fait un truc fantastique le jour où tu nous a dit au revoir. Sois sûr Pépé qu’avec Fulvio et Bruno ton club est dans de bonnes mains. De là haut, tu vas nous regarder, et parfois, comme avant, tu vas pester pour une passe ratée ou un tir non cadré. Tu resteras à jamais avec nous Pépé. Tu nous manques déjà.

JEAN-MICHEL ROUET

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.